Entreprises, encore un effort pour maîtriser l’Internet mobile

Par Yannick Delsahut, fondateur dirigeant du cabinet Goldstark, spécialisé dans les technologies Internet et mobile.

Échaudé au début des années 2000 par l’échec du WAP, l’Internet mobile est désormais en voie de supplanter les connexions depuis un poste fixe. Cette transformation d’ampleur s’explique par l’engouement pour les téléphones évolués (smartphones), amplifié depuis par le succès des tablettes.

Effet rétroviseur

Si le grand public s’est vite acclimaté à ce changement, certaines entreprises semblent plus à la peine. Leur principale erreur ? Considérer l’Internet mobile comme une simple transposition de leur stratégie Internet fixe. Or, il n’en est rien. La « prime au premier arrivant » ne s’obtient qu’en pilotant toutes les dimensions d’un projet mobile : fonctionnelles, juridiques et technologiques.

Un risque majeur pèse en effet sur les prétendants à l’application mobile à succès : voir déraper le budget de développement, faute d’avoir pris en compte les notions d’ergonomie, de plates-formes, de montée en puissance de l’application. L’assistance d’un prestataire en maîtrise d’ouvrage est donc la bienvenue pour déblayer ce terrain potentiellement miné. L’autre danger consiste à conserver les schémas de l’Internet fixe, sans creuser ce qui fait la richesse des applications mobiles, notamment leur potentiel à créer du lien par leur aspect instantané, pratique, différentiateur, ludique…

Univers parallèles

Les deux univers (fixe et mobile) doivent être pensés de façon complémentaire. Cela signifie un double investissement (humain, technique et financier), ce qui écarte du jeu les plus petites entreprises – sauf à être spécialisées dans un domaine où le commerce et la relation électroniques sont déterminants. Pour les PME et les grands comptes, la bonne nouvelle est que la constitution d’un duopole Apple / Google a réduit le nombre de plates-formes cibles.

Momentanément en effet, Microsoft, Nokia et Blackberry ne représentent qu’une part minoritaire des nouveaux Eldorados des téléphones évolués et des tablettes. À l’opposé, iOS et Android trustent les parts de marché des systèmes d’exploitation mobiles comme des magasins d’applications en ligne. Même Samsung, pourtant numéro un mondial de la vente de smartphones, a préféré opter pour l’OS mobile de Google.

Places à saisir

Le duopole en place limite donc les dépenses d’adaptation des applications développées. Mais dans l’idéal, les sociétés aimeraient pouvoir disposer d’une plate-forme unique et universelle. Celle-ci existe. Elle s’appelle Phonegap ou Flex et génère à la volée des pages Web mobiles. Mais elle présente le désavantage d’être moins rapide et complète que les applications nativement développées pour iPhone / iPad ou Android.

Le ticket d’entrée dans les « apps » restera donc élevé, mais le jeu en vaut la chandelle. Car maîtriser les clés de l’Internet mobile revient à s’assurer une place de choix dans ce qui, de plus en plus, deviendra l’Internet natif. D’autant que les technologies prometteuses (réalité augmentée, échanges sans contact, géolocalisation) vont renforcer le pouvoir d’attraction des terminaux mobiles. En déléguant les aspects techniques des projets à des spécialistes, les entreprises ont la possibilité de se concentrer sur les vrais facteurs de succès que sont l’innovation, l’inventivité, et la rapidité à préempter un marché.

 

 

 

 

____________________________________________

Le blog des experts en informatique  – ORSYS Formation – Le blog informatique – www.orsys.fr


Cette entrée a été publiée dans Informatique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires

Une réponse à Entreprises, encore un effort pour maîtriser l’Internet mobile

  1. Ping : Applis mobiles et réseaux sociaux Vs sites internet | Le blog de la formation informatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*