SQL Server 2012 met l’accent sur la haute disponibilité

 

Par Rudi Bruchez,
Consultant Orsys, expert en bases de données

Auteur de plusieurs ouvrages sur SQL, ses dernières parutions
sur SQL Server 2012 : Pro T–SQL 2012 Programmer’s Guide,
Microsoft SQL Server 2012 Security.

Sortie au printemps 2012, la nouvelle version du serveur de données signé Microsoft  enrichit le produit sous divers aspects. Quelques nouveautés essentielles sortent du lot : la haute disponibilité avec la technologie AlwaysOn, les index ColumnStore, la fonction de filetable. Si les outils d’administration ne changent guère, sur le versant décisionnel, l’analytique se fait tabulaire, et Reporting Services enrichit ses liens avec SharePoint grâce à la fonction PowerView.

Toujours actif

Une des grandes nouveautés réside dans la haute disponibilité, grâce au procédé AlwaysOn qui propose jusqu’à quatre réplicats d’un groupe de base de données principal - dont deux synchrones. Outre la possibilité d’activer ces réplicats en lecture, le basculement peut se faire automatiquement vers un groupe secondaire et la redirection des connexions clientes est assurée par la couche de clustering de Windows. C’est indéniablement un plus comparé à la dernière version de SQL Server (2008 R2) en termes de richesse fonctionnelle, car les sauvegardes sont possibles à partir des réplicats, et les connexions d’utilisateurs en mode lecture sont dirigeables vers un réplicat, afin de libérer le serveur principal de cette charge.

Microsoft innove également dans le domaine de l’indexation. SQL Server 2012 inclut en effet une nouvelle possibilité d’indexation par colonnes (ColumnStore Index), qui représente une alternative à l’indexation en arbre équilibré, seule structure disponible auparavant. L’index ColumnStore offre des performances nettement supérieures pour des requêtes de calculs d’agrégats. Il reste toutefois réservé à des besoins spécifiques, car la table indexée est marquée en lecture seule, et ne peut plus être modifiée avant d’avoir supprimé l’index.

Si le module Analysis Service compte toujours une structure en cube, s’ajoute maintenant une approche tabulaire, inspirée de la technologie PowerPivot qui fournit des vues multidimensionnelles dans Excel. Les concepteurs qui ne souhaitent pas développer un modèle multidimensionnel complet disposent ainsi de fonctions analytiques à partir d’une structure relationnelle traditionnelle.

Du binaire dans les tables

Au rayon des nouveautés, la fonction de Partially Contained Database  simplifie la copie de bases de données au fil de leur cycle de vie (développement, déploiement,mise à jour), en autorisant la création d’utilisateurs dont les mots de passe sont associés à la base de données, sans plus dépendre du serveur.

Dédiée au stockage de données binaires, la fonction Filetable autorise la création d’une table directement liée à un répertoire sur le disque, afin de gérer des fichiers binaires (images, documents) sans passer par SQL Server. Ces fichiers déposés dans des répertoires de partage alimentent automatiquement la table SQL. Cela facilite la gestion des documents dans le serveur, en profitant du meilleur des deux mondes : le système de fichiers et les possibilités du moteur de bases de données.

Fin du 32 bits

Autre nouveauté de SQL Server 2012, la gestion de la mémoire a été simplifiée, avec l’abandon du mode AWE en 32 bits et la consécration du 64 bits. Les améliorations sur le nombre maximal de processeurs ou la capacité de stockage (deux péta octets) vont de pair avec l’évolution de l’OS Windows Server. En termes de code, il est maintenant possible d’utiliser de nouvelles versions des fonctions de conversion (TRY_CAST) qui ne génèrent pas d’erreur en cas de conversion impossible, mais un NULL, plus simple à gérer.

D’autres nouvelles fonctions, inspirées de Visual Basic (iif, choose), facilitent le travail du développeur. Il est maintenant possible d’installer SQL Server 2012 sur Windows Server Core, une version légère et sécurisée de Windows, débarrassée de la gestion des fenêtres. À ce propos, les services de SQL – dont le moteur relationnel – s’installent de façon isolée par défaut, en utilisant un compte dédié à chaque service, ce qui renforce la sécurité du SGBDR. Si une personne malveillante pénétrait le système via un service, il ne pourrait plus accéder aux autres.

Finissons notre aperçu de SQL Server 2012 par ses aspects financiers, autrement dit, sa politique de licence. Un nouveau modèle a été instauré par Microsoft, fondé non plus sur les processeurs (socket), mais sur le nombre de cœurs présents (deux, quatre, huit voire seize). Cela a un impact sur le prix, notamment pour l’édition Entreprise, si le serveur comporte des processeurs à plus de quatre cœurs par exemple.


 Nos formations et séminaires associées :

____________________________________________

Le blog des experts en informatique  – ORSYS Formation – Le blog informatiquewww.orsys.fr

 


Cette entrée a été publiée dans Bases de données, Informatique, Logiciels, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires

2 réponses à SQL Server 2012 met l’accent sur la haute disponibilité

  1. Ping : SQL Server 2012 met l’accent sur la haute disponibilité | Le blog de la formation informatique | Blog Informatique ORSYS | Scoop.it

  2. Ping : L’Eldorado du NoSQL | Le blog de la formation informatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*