Penser le digital « écoresponsable » pour une meilleure rentabilité

GreenIT1

Par Frédéric Bordage*

Une démarche qui a connu un véritable envol il y a plus de cinq ans, mais qui n’est toujours pas la priorité des DSI. En cause ? La peur des coûts… alors qu’une démarche rondement menée aboutit, pour les entreprises, à de belles économies. Frédéric Bordage, précurseur du numérique durable reconnu comme l’un des meilleurs experts Green IT en Europe, répond à nos questions…

Le numérique peut-il vraiment être « vert » ? Expliquez-nous ce qu’est le Green IT…

Le Green IT ou « Green for IT » est la rencontre entre le développement durable et le numérique. C’est une approche globale, une démarche d’amélioration continue qui vise à réduire l’empreinte économique, écologique et sociale d’un produit ou d’un service numérique. Le Green IT incite, par exemple, à allonger la durée d’utilisation des ordinateurs, à imprimer moins ou à revoir l’impact des logiciels qui nécessitent des serveurs. Bref, tout acte qui permet d’agir sur les trois piliers du développement durable.

Concrètement ?

Le Green IT va au-delà de la simple notion d’efficacité pour aller rechercher l’efficience. On ne répond pas à la seule question « Ai-je atteint mon but ? », mais à celle « Combien ai-je dépensé pour atteindre mon but ? ». On va donc chercher à réduire nos impacts sur l’environnement en pensant écoconception, et imaginer comment utiliser les outils informatiques pour réduire ces impacts.

Avec le Green IT, il s’agit d’aller à l’essentiel. C’est l’idée de frugalité développée par Pierre Rabhi. Prenons l’exemple des sites web écoconçus : leur interface graphique est travaillée afin de disposer du minimum utile, et de répondre aux besoins fondamentaux de l’utilisateur. Lors de l’expression des besoins, seules les fonctionnalités indispensables sont retenues, pour utiliser moins de lignes de code. Il faut savoir qu’en moyenne 60 % des fonctionnalités demandées par les utilisateurs ne sont jamais utilisées. C’est l’exemple de Google qui, à l’inverse de Yahoo dont la page est chargée en logos, images…, ne propose qu’un champ de saisie.

GreenIT2 lire la suite

JavaScript au cœur des architectures Web

Florent Garin3

Tantôt aimé, tantôt détesté, JavaScript est un langage qui sort de son périmètre initial. Orsys a interviewé Florent Garin*, architecte logiciel, Expert JavaEE et dirigeant de l’entreprise DocDoku, spécialisée en solutions digitales pour l’industrie sur l’évolution de ce langage…

Pourquoi s’intéresser à JavaScript aujourd’hui ?

Si cette technologie était au départ essentiellement orientée client, dédiée aux applications web, elle s’est depuis répandue dans d’autres domaines : sur la partie serveur avec la plateforme Node.js, on peut désormais implémenter la partie webservices, des WebSockets ; on peut aussi coder des applications mobiles ainsi que des applications lourdes bureautiques desktop également en JavaScript.

Ce qui auparavant nécessitait d’être conçu sous C# ou en Java peut désormais être conçu en JavaScript. Ce langage est sorti du WebFront, son domaine originel, pour devenir universel. On constate d’ailleurs aujourd’hui que JavaScript commence à être en concurrence avec Java. Pour exemple, l’entreprise américaine Paypal a délaissé Java au profit de JavaScript pour ses développements serveur. C’est un langage incontournable. lire la suite

Tendances Nouvelles Technologies Numériques 2015-2016

Couverture catalogue Orsys nouvelles technologies numeriques 2015-2016Comme chaque année, Orsys vous propose, à l’occasion de la sortie de son catalogue de formations aux nouvelles technologies numériques, une revue des tendances qui marquent ou vont marquer ce domaine.

Trois grands axes se détachent :

– tout d’abord, des thématiques de type sociétal, en effet la transformation numérique qui s’opère actuellement implique des changements majeurs dans notre environnement, dans nos entreprises, dans nos comportements… Ainsi, dans le domaine du management des Systèmes d’Information, les enjeux et les perspectives liés aux Villes Intelligentes ou Smart Cities vont être cruciaux pour notre avenir. Au sein de nos organisations, cette révolution technologique implique aussi d’aborder l’information via de nouvelles approches tel que le Knowledge Managementlire la suite

L’Open Data, source d’innovations pour les entreprises

Open Data2

Par la Rédaction Orsys*

Apparu pour la première fois en 1995 dans une publication scientifique américaine, le concept d’Open Data a été défini dans sa forme actuelle en 2007 par trente penseurs et activistes de l’internet. Depuis, les initiatives se développent tant du côté des organismes publics que des entreprises, qui en font un véritable levier d’innovation… Explications.

L’Open Data ? Un concept issu de l’open source, revendiquant le libre accès aux données publiques ou privées par tous et pour tous. Il s’agit donc de rendre service à la « communauté », sans pour autant porter atteinte à la sécurité des données. Ainsi, chacun peut consulter, réutiliser des informations que des administrations ou des entreprises ont décidé de rendre publiques. Ce mouvement – proche d’une philosophie – qui concerne le monde entier, considère donc que l’information publique est d’intérêt général.

Les administrations, fer de lance de l’Open Data

En France, cette démarche touche avant tout les administrations contraintes par la loi à la transparence. Dès 1997, le premier ministre affirme que «les données publiques essentielles doivent désormais pouvoir être accessibles à tous gratuitement sur Internet». lire la suite

L’agile est-il dépassé ?

Agile - Bagnier1

Depuis quelques années déjà, le monde du développement logiciel serait devenu agile. Pour exemple, eXtreme Programming et Scrum, les méthodes agiles les plus connues, sont nées il y a vingt ans. Le manifeste agile, rédigé par dix-sept experts du développement, date d’une quinzaine d’années. Un temps qui pourrait laisser penser que l’agile est désormais désuet compte tenu de l’évolution rapide de l’industrie du logiciel.

Des méthodes plus actuelles ont-elles pour autant supplanté les méthodes agiles ?

Par Stéphane Bagnier*

L’agile pour un développement adapté aux réalités

Créées dans les années quatre-vingt-dix, les méthodes agiles visent à briser le mur d’incompréhension souvent constaté entre le client et les développeurs, grâce à leurs marqueurs : dialogue direct, travail d’équipe, logiciel fonctionnel très tôt, cycles courts, retours critiques constants, process d’amélioration continue… lire la suite