Archives par mot-clef : entreprise

BRM, la courroie de transmission entre la DSI et les métiers

Avec la révolution numérique en cours, les entreprises traditionnelles basculent dans un nouveau monde mené par de nouveaux acteurs, les GAFA, Airbnb et autres Uber… Leur existence même est parfois remise en cause. Cette transformation spectaculaire change les rapports de la DSI à son organisation.

La DSI était jusqu’ici trop souvent « technocentrée », soit par nécessité compte tenu de la complexité croissante des systèmes informatiques, soit parce que l’entreprise l’avait cantonnée à un rôle purement technique.

Le Cloud la libère d’un certain nombre de contraintes. Jusqu’ici statique, l’infrastructure devient dynamique et programmable, capable de s’adapter de manière instantanée à la charge de travail. Ce changement de paradigme permet aux DSI de se focaliser sur l’optimisation des services et non plus sur le hardware. lire la suite

Share Button

A quand la (vraie) fin de l’e-mail ?

Par la Rédaction ORSYS

Qui n’a pas été pris de panique face à l’afflux de mails dans sa boîte aux lettres ? A la fois chronophage, source de stress, frein à la productivité et à la communication directe…, l’e-mail est accusé de tous les maux. Et pourtant il se porte comme un charme, à 50 ans passés.

Né avec la création de l’ARPAnet, l’ancêtre d’Internet, le courriel a survécu à toutes ses évolutions et continue même de prospérer. Selon Radicati Group, 215 milliards de mails devraient être envoyés dans le monde en 2016 pour atteindre 258 milliards en 2020. Et cela sans tenir compte des spams.

Au fil des années, l’e-mail est entré dans les mœurs. En mettant en copie la terre entière, un salarié se couvre en cas de problème tout en se déresponsabilisant. De copie en transfert, l’information devient abondante, redondante, sans structuration. lire la suite

Share Button

5 raisons de se former à BootStrap

Bootstrap

Par Stéphane Brunet*

BootStrap, framework de référence créé par les développeurs de Twitter, rassemble une collection d’outils pour la création de pages web contemporaines. Découvrons cinq bonnes raisons de nous former avec Stéphane Brunet*, consultant sur les outils de développement web et formateur indépendant.

  1. BootStrap répond aux besoins des développeurs.

Aujourd’hui, dans les entreprises, on exige des développeurs qu’ils prennent entièrement en charge l’intranet… design inclus. Or, ce n’est pas leur métier. BootStrap rassemble une collection d’outils utiles à la création web, contenant des codes HTML et CCS, des formulaires, des composants, plug-ins (accordéons, onglets, libellés, miniatures, barres de progression, boutons, outils de navigation…) et encore bien d’autres extensions JavaScript prêtes à être intégrées.

Ceux qui ne raffolent pas de la technique peuvent ainsi s’appuyer sur une base « préfabriquée » bien développée et totalement personnalisable, répondant aux codes esthétiques des sites actuels. Ils peuvent intégrer un bouton, lui donner un habillage particulier afin qu’il ait automatiquement un look spécifique. Une boîte à outils fort utile pour ceux qui n’ont pas particulièrement de connaissances graphiques !

  1. BootStrap répond aux besoins des entreprises.

Si l’entreprise n’hésite pas à investir sur le design d’un site, elle est souvent réticente à investir un budget sur la partie graphique de l’interface administrateur. Avec BootStrap, ce travail sur la partie back-office pourra être pris en charge par n’importe quel développeur. Les fonctions JavaScript intégrées dans BootStrap se basent sur la librairie la plus utilisée dans le monde du web, JQuery.

Bootstrap1
Avec quelques lignes de codes, le développeur pourra, en s’appuyant sur ce framework JQuery, créer quelque chose de très professionnel graphiquement. S’il doit construire un site, il lui suffira d’utiliser les squelettes BootStrap auxquels il ajoutera des fonctionnalités spécifiques.

 

Ici, l’outil, techniquement simple, est bien au service de l’utilisateur (qui peut n’avoir qu’une connaissance de base HTML et CSS) et non l’inverse.

  1. BootStrap est particulièrement adapté aux intranets

Force est de constater que rares sont les entreprises qui font appel à un webdesigner pour leur intranet. Or, ce que l’utilisateur perçoit dans un premier temps c’est l’ergonomie, puis le design. Si le graphisme est raté alors que l’utilisateur est tenu de consulter cet intranet, il en freine l’utilisation. De plus, la maquette doit pouvoir être modifiée aisément, car elle évolue régulièrement. On sait pourtant que lorsqu’un développeur intervient sur une maquette de designer, le rendu peut être aléatoire !

Avec BootStrap, tout est simplifié : taille de titre, police, couleur… inutile de s’interroger sur les feuilles de style ou de faire soi-même. BootStrap permet de coller au modèle proposé qui offrira tout de suite un rendu professionnel : une feuille de style principale englobe les feuilles de style des composants. Il suffit alors, pour les développeurs, de sélectionner les composants dont ils ont besoin en modifiant cette feuille principale.

  1. Parce que BootStrap est dans l’air du temps !

Ce qui séduit dans BootStrap : sa modularité. Le framework permet de créer un site intranet ou extranet lisible en différents formats grâce à un système de grille à douze colonnes. Ainsi, le site se réadapte en fonction de la taille de l’écran du terminal de l’internaute : téléphone, tablette, smartphone… Indispensable, car les tablettes arrivent de plus en plus dans les entreprises. L’intranet est donc condamné à s’adapter à leur taille.

Bootstrap-3

De plus, Bootstrap est compatible avec les dernières versions de navigateurs et gère tout autant la rétrocompatibilité des plus anciens. Enfin, le framework contribue aux préoccupations actuelles en rendant les sites plus légers. Par exemple, au lieu d’une icône image, il suffira d’appeler la police icône dédiée, présente dans Bootstrap.

  1. Bootstrap est « le » framework essentiel !

D’aucuns reprochent au framework de tuer la créativité, du fait que tous les éléments sont prêts à être appelés. C’est surtout une solution essentielle lorsque l’entreprise n’envisage pas l’intervention d’un webdesigner ou lorsqu’elle propose à ses collaborateurs ou clients une boîte à outils. Certes, le risque est d’avoir des sites similaires puisque les composants font partie de collections accessibles à tous, gratuitement. Mais entre réaliser un site inesthétique et un site qui peut avoir des similitudes avec d’autres, la deuxième option est préférable… Et n’oublions pas que Bootstrap permet aussi de travailler sur un squelette de site qui reste ensuite à personnaliser.

À quelques semaines d’une nouvelle version, BootStrap s’avère toujours le framework le plus utilisé. La preuve : en trois ans, la communauté a déployé une énergie importante pour faire évoluer l’outil… vers une version 4, toujours plus rapide !

Découvrir la formation : http://www.orsys.fr/formation-bootStrap-developper-des-pages-Web-adaptives.asp

Pour aller plus loin, toutes nos formations « conception et développement Web »

 2869f56

*Stéphane Brunet, est consultant sur les outils de développement Web et formateur indépendant. Il partage son temps entre la formation sur le thème de l’utilisation du Web comme outil de travail et la direction de projets de création d’intranets d’extranets sur un mode CMS.

Share Button

L’Open Data, source d’innovations pour les entreprises

Open Data2

Par la Rédaction Orsys*

Apparu pour la première fois en 1995 dans une publication scientifique américaine, le concept d’Open Data a été défini dans sa forme actuelle en 2007 par trente penseurs et activistes de l’internet. Depuis, les initiatives se développent tant du côté des organismes publics que des entreprises, qui en font un véritable levier d’innovation… Explications.

L’Open Data ? Un concept issu de l’open source, revendiquant le libre accès aux données publiques ou privées par tous et pour tous. Il s’agit donc de rendre service à la « communauté », sans pour autant porter atteinte à la sécurité des données. Ainsi, chacun peut consulter, réutiliser des informations que des administrations ou des entreprises ont décidé de rendre publiques. Ce mouvement – proche d’une philosophie – qui concerne le monde entier, considère donc que l’information publique est d’intérêt général.

Les administrations, fer de lance de l’Open Data

En France, cette démarche touche avant tout les administrations contraintes par la loi à la transparence. Dès 1997, le premier ministre affirme que «les données publiques essentielles doivent désormais pouvoir être accessibles à tous gratuitement sur Internet». lire la suite

Share Button

Les cyber-objets demain dans l’entreprise ?

objets-connectes-une
Par la rédaction d’Orsys

Balance, réfrigérateur, smartwatch, smartTV… les objets connectés envahissent notre univers personnel. Considérés comme l’une des révolutions numériques de cette décennie, ces appareils toucheront-ils le monde professionnel et quel sera l’impact pour les DSI ?

Les objets connectés ? Des appareils, souvent des objets du quotidien, dont la technologie embarquée permet de communiquer à distance, via des capteurs, des liaisons Internet… Les Smartphones – dont la généralisation facilite l’implémentation – jouant, la plupart du temps, le rôle d’unité centrale qui recueille les informations, pilote les objets à distance… Santé, remise en forme, loisirs, énergie, domotique : leurs usages explosent dans la sphère familiale. Le marché devrait d’ailleurs doubler d’ici à trois ans pour concerner 11 millions de Français*. Mais qu’en est-il dans l’entreprise ? lire la suite

Share Button