Le leadership agile : une nécessité 1/2 3


Share Button

Le leadership

Turbulences dans le monde de l’entreprise, changements permanents, environnements contraints… il existe aujourd’hui de nombreuses raisons de questionner notre mode de management traditionnel et sa pertinence dans des contextes de transformation. Quelle voie prendre alors ? Pour Béatrice Dewandre*, fondatrice de DeepSense et consultante formatrice pour ORSYS, le leadership agile est à explorer sans tarder. Explications.

« Leadership Agile » : est-ce une nouvelle expression tendance ? Expliquez-nous pourquoi nous entendons désormais ce terme en entreprise…

Béatrice Dewandre : « Résilience », « bonheur au travail », et maintenant « agilité ». Ce n’est pas un hasard si ces mots sont désormais très utilisés dans le monde de l’entreprise. Ils font tous partie de la même famille et sont révélateurs d’un nouveau paradigme managérial.

L’agilité devient une nécessité dans un monde « VICA », c’est-à-dire Volatil, Incertain, Complexe, Ambigu. Cet acronyme inventé par l’armée américaine dans les années quatre-vingt-dix décrit bien les effets de la transformation que nous vivons actuellement. Si la nécessité d’une transformation digitale est assez largement reconnue, dans les entreprises impactées par les grandes mutations technologiques, économiques et sociétales, la conscience de la nécessité d’une transformation managériale l’est beaucoup moins ! Développer un leadership agile devient pourtant impératif pour réussir dans ces contextes de transformation.

Une définition que j’apprécie tout particulièrement indique que « leader agile, acteur du changement, mobilise en donnant sens aux transformations, interagit avec justesse, et de manière proactive dans un environnement complexe et incertain, et contribue à développer la performance collective ».

De quelle façon le management est-il plus particulièrement concerné ?

B.D. : Dans un environnement complexe incertain, soumis aux turbulences, les acteurs de l’entreprise sont soumis à des messages à double contrainte. On leur demande de créer une dynamique collective, alors que les replis sur soi sont légion dans l’entreprise. On leur demande de responsabiliser et de jouer la confiance. Alors qu’on renforce par ailleurs les contrôles et les process dans l’organisation afin de se rassurer. Ils doivent éviter l’épuisement des collaborateurs alors qu’en parallèle, ils doivent leur demander de faire plus avec moins de moyens. Enfin, on leur demande de donner de la reconnaissance sans pour autant avoir de levier spécifique, de créer un état d’esprit positif dans un climat morose et difficile, etc.

Manager selon des contraintes changeantes

Ces doubles contraintes créent de fortes tensions et exigent de la part des managers une certaine capacité émotionnelle permettant de gérer ces situations stressantes. Dans un contexte de changement permanent, comment faire pour que les collaborateurs à qui l’on demande d’innover et d’anticiper ne se retranchent pas dans des comportements défensifs et dans une vision à court terme. Comment faire collaborer jeunes et moins jeunes, comment transmettre les messages et faire comprendre la réalité d’une transformation qui n’en finit pas. Comment fédérer des équipes qui travaillent un peu partout dans le monde… Toutes ces réalités managériales exigent de l’agilité. On ne peut plus manager comme avant : seul un leadership agile peut aider à agir dans ce monde en transformation.

Justement, qu’est-ce que réellement « l’agilité » dans le monde managérial ?

B.D. : J’utilise souvent la métaphore de la grenouille. Plongée dans une marmite d’eau froide, elle nage tranquillement. L’eau est réchauffée doucement, la grenouille apprécie et continue de nager. La température grimpe, l’eau est chaude. La grenouille ne s’affole pas, s’habitue. La température monte ainsi jusqu’au moment où la grenouille finit par cuire. Sans avoir jamais pensé à sauter de la marmite. Or, si l’on avait plongé directement la grenouille dans une eau à 50°, elle aurait sauté immédiatement pour sortir.

En clair, dans le monde actuel, si nous restons dans notre confort, sans changer nos habitudes, nous n’avons pas cette agilité pour rebondir, anticiper au moment voulu.

Ce terme vient du monde du développement et notamment du Manifeste agile, rédigé par dix-sept experts du développement d’applications informatiques, et publié en 2001. Cette méthode du développement agile, désormais répandue, signifie que l’on accepte d’être plus dans l’expérimentation, de travailler par essai. C’est aussi accepter la remise en question, co-construire en impliquant le maximum de parties prenantes. Cette façon de travailler entre désormais dans les méthodes de management de projet.

Introduction de l’Agilité

Il est temps maintenant d’introduire cette agilité dans la planification stratégique. Dans le passé, pour construire sa vision stratégique, le top management se mettait au vert pendant plusieurs jours. Il bâtissait alors un plan à cinq ou dix ans. Puis, on fixait les objectifs. On n’imaginait pas que le chemin puisse bifurquer avant le terme de ce plan. Aujourd’hui, ce n’est plus réaliste de raisonner sur un plan à cinq ans, et s’imaginer que l’on restera fidèle en tout point aux prévisions pendant tout son déroulement.

Diriger à partir d’un futur émergent requiert une approche stratégique « agile », impliquant toutes les parties prenantes dans la co-construction d’une vision partagée d’un futur commun, fondée sur une ouverture au changement, et permettant d’en saisir toutes les opportunités. Dans cette approche agile, chaque membre de l’organisation se sent porteur et acteur coresponsable du bien commun de l’entreprise.

Suivez-nous, bientôt un autre article sur ce sujet…

 

Béatrice DEWANDRE

Béatrice Dewandre

* Avec plus de 20 ans d’expérience en tant que manager notamment pour the Consulting Group, Béatrice Dewandre est, manager associée de DeepSense, cabinet de conseil en transformation individuelle et collective. Elle intervient principalement dans l’accompagnement de projets de transformation culturelle et managériale, le développement du leadership et de l’intelligence collective, le bien-être au travail et la performance durable au sein des entreprises. Elle est certifiée LHEPTM™ pour l’animation de la méthode « Elément Humain® ».

 

Formations associées :

■ GIL   Le Lean et l’agilité au service du leadership managérial

■ ELH   L’Elément Humain®, niveau 1 : fortifier sa posture managériale

DEI   Rendre une décision et savoir la vendre

■ PMA   Méthodes Agiles : développer ses produits et services en mode projet

 

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Le leadership agile : une nécessité 1/2