Projet IA 2/3 : avec l’Intelligence Artificielle, l’Homme ne sera pas remplacé mais augmenté !


Share Button
ORSYS

L’Intelligence Artificielle 2/3

Projet IA – Episode 2

L’essor de l’Intelligence Artificielle (IA) est une formidable opportunité pour libérer l’Homme des tâches les plus ingrates. Plus que concurrencer l’intelligence humaine, l’IA la complète et la nourrit.

Depuis quelques années, nombre d’études et d’articles dépeignent un avenir sombre. L’essor de l’Intelligence Artificielle et de la robotisation aurait alors un impact négatif sur un grand nombre de métiers. De 9 % à 47 % des emplois actuels seraient concernés par la transformation numérique en cours si l’on prend en compte le constat du cabinet Roland Berger, de l’Université d’Oxford, de l’OCDE ou plus récemment du Conseil d’orientation pour l’emploi.

Cette appréhension de se faire remplacer par la machine n’est pas nouvelle. Elle existe en effet de tout temps, rappelle Cédric Vasseur*, expert en Intelligence Artificielle et robotique, conférencier et formateur chez ORSYS. « Les lavandières ont été remplacées par la machine à laver. Néanmoins aujourd’hui, qui est prêt à revenir en arrière et à abandonner son lave-linge ? ».

Selon la célèbre théorie de la « destruction créatrice » de Joseph Schumpeter, chaque cycle d’innovation commence par détruire des emplois puis contribue à en créer plus qu’elle n’en supprime. « Le personnel des Postes n’aurait pas existé sans l’invention du téléphone », illustre Cédric Vasseur.

Une révolution comparable à la machine à vapeur

Pour McKinsey, l’Intelligence Artificielle devrait doper la croissance mondiale de 1,2% par an en moyenne jusqu’en 2030. Selon le cabinet d’études, nous vivons là un phénomène de rupture de même ampleur que la machine à vapeur au XIXème siècle. Et comme à chaque révolution technologique, des métiers sont appelés à se transformer, d’autres à disparaître. Un site en anglais indique sous forme de pourcentage les risques qu’a votre métier de se faire « uberiser ».

Une forme de logique est respectée. Les personnes exécutant des tâches répétitives – manutentionnaire, caissier/ère, standardiste… – présentent davantage de risques de se faire remplacer. À l’inverse, les métiers au plus proche de l’humain, faisant appel au relationnel et à la créativité, devraient être épargnés. On pense aux médecins, aux psychologues, aux aides à domicile, aux artistes.

IA et robotique, quelles opportunités ?

Pour Cédric Vasseur, l’IA et la robotisation constituent une opportunité unique d’en finir avec la pénibilité de certains métiers. Elle permettrait de libérer l’homme des tâches les plus fastidieuses pour lui donner du temps pour réfléchir, innover, entreprendre. « Les magasiniers d’Amazon gagneraient à être réaffectés sur des postes moins rébarbatifs et plus créatifs. ». Déjà, le métier d’assistant(e) médical(e) a retrouvé de son intérêt depuis la généralisation des services en ligne de prise de rendez-vous.

D’autres professions vont changer de nature. « Pour faire face à l’érosion continue du volume du courrier, les postiers assurent des services à la personne, comme veiller sur les personnes âgées ». En revanche, « les analphabètes du numérique » auront, selon lui, du mal à trouver leur place dans la société à venir. On parle ici d’ « illectronisme ». Pour financer les colossaux programmes de formation et de reconversion qu’il faudra consentir, il se dit favorable à des solutions politiques comme la taxe sur les robots proposée par Bill Gates.

ORSYS

L’Intelligence Artificielle 2/3

L’association gagnante Homme-machine

Optimiste, Cédric Vasseur estime que l’IA va moins remplacer l’homme que l’« augmenter ». « Dans la sphère médicale, lil y a déjà une assistance dans la pose de cathéter pour les infirmiers/ères, et par des robots comme Da Vinci pour les chirurgiens ». Dans le secteur bancaire, l’IA aide les conseillers de clientèle dans le traitement de l’information et la prise de décision comme le fait Watson d’IBM au Crédit Mutuel CIC. Tout un chacun a aussi pu expérimenter les services rendus par les agents virtuels de type Alexa, Siri ou Cortana qui se logent dans les messageries instantanées (chatbots), les smartphones ou les enceintes connectées.

Pour Cédric Vasseur, l’IA et l’intelligence humaine n’entrent pas en concurrence mais au contraire se nourrissent l’une de l’autre. L’association homme-machine est ainsi supérieure à la machine seule. Le champion d’échecs Gary Kasparov l’a démontré. Huit ans après s’être fait battre à plate couture par Deep Blue d’IBM, il constatait que dans un tournoi d’échecs freestyle – ouvert à tous – ce sont des joueurs amateurs armés d’ordinateurs qui l’ont emporté face aux grands maîtres et à l’IA (source Courrier International).

Quand l’homme et l’IA travaillent de concert, il y a un phénomène de synergie. L’humain apporte sa créativité, son sens commun. La machine sa puissance de calcul, sa capacité d’automatisation. On voit déjà cette cohabitation à l’œuvre dans l’usine du futur. Avec le concept de cobotique (mot-valise issu de « collaboration » et « robotique »), le robot évolue dans le même espace que l’homme. Il effectue les opérations les plus difficiles, les plus pénibles ou les plus dangereuses.

La technologie augmente aussi l’homme physiquement

Avec un exosquelette, le/la manutentionnaire peut porter des charges lourdes sans se briser le dos. L’innovation peut venir en aide aux personnes en situation de handicap. Des malentendants recouvrent l’ouïe à l’aide d’un implant cochléaire. Placé dans le conduit auditif, il amplifie le son par induction électromagnétique. Un marathonien aveugle a pu courir plus de 250 kilomètres dans le désert grâce à un dispositif mis au point par IBM (voir vidéo). Les cyborgs sont déjà parmi nous !

 

Le Tour de France de l’Intelligence Artificielle et de la robotique

– Séminaire « Robotique, état de l’art » (séminaire)

Cédric Vasseur animera au dernier trimestre des conférences et séminaires pour ORSYS sur l’intelligence artificielle et la robotique (#conforsysia – #ConforsysIAPlus)

– Intelligence artificielle, pour mieux comprendre (conférence)

Toulouse 13/12/18, Strasbourg 20/12/18

Cédric Vasseur ORSYS

 

*Cédric VASSEUR

Formateur, conférencier, chroniqueur spécialiste des nouvelles technologies liées à la robotique et à l’Intelligence Artificielle. Auteur de nombreux projets liés à l’IA et la robotique dont BeepAI, une Intelligence Artificielle multiplateforme capable d’apprendre à programmer par elle-même. Il travaille depuis plus de 15 ans sur de nombreux projets industriels, R&D, en tant qu’analyste-programmeur, responsable de département informatique, consultant-formateur, conférencier, chroniqueur et animateur d’événements liés aux nouvelles technologies.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *