Le manager de proximité, cet équilibriste


Share Button
Le manager de proximité, cet équilibriste

Il peut exister une multitude de strates et de relais entre une direction et ses équipes. Ainsi, en plus d’un manager classique, une stratégie de performance et d’efficacité peut valoriser la fonction d’un manager de proximité. À la tête d’une équipe opérationnelle, il est celui qui encadre tout en étant à l’écoute des besoins de ses collaborateurs mais aussi en étant leur premier soutien.

Comprendre le rôle de manager de proximité

Le leadership, c’est la capacité qu’a le manager à s’adapter à la maturité du collaborateur. Si le manager est porteur de « la loi » par son « pouvoir de position » (donné par l’entreprise), le leader crée « le lien » par son « pouvoir personnel » (accordé par son équipe).

En d’autres termes, ce qui définit le manager de proximité, c’est sa capacité à se solidariser des résultats de son équipe, à équilibrer les contrôles et le soutien, à créer des repères, des rythmes et à stimuler, innover, casser la routine. Pour la cohésion d’équipe et affirmer son rôle, le manager de proximité a trois obligations principales :

  • informer/donner du sens
  • soutenir
  • contrôler

Une fois ces principes fondamentaux du management bien pris en main, le manager doit s’en servir pour remplir au mieux ses objectifs. Et en réalité, il n’a qu’un seul véritable objectif :

« Faire grandir ses collaborateurs jusqu’à qu’il y en ait un qui prenne sa place », en clair que ses collaborateurs puissent progresser (hiérarchiquement ou fonctionnellement) dans le même service, dans un autre service ou dans une autre entreprise.

Le management de proximité, mise en œuvre

Poser les fondations de son équipe : avoir un objectif commun, des règles de vie, savoir qui fait quoi et COMMUNIQUER.

Les bons réflexes

C’est un catalyseur des énergies humaines, capable de se dire tous les matins en ouvrant ses volets : « il fait beau ». Quel que soit le temps.

(E=mc² : Efficacité = motivation x compétences x culture commune)

Voir le verre à moitié plein permet d’insuffler l’énergie nécessaire à son équipe. Cependant, le manager peut avoir des comportements contre-productifs.

Il y en a deux :

  • lorsque le manager laisse trop d’autonomie à des collaborateurs qui ont peu de compétences et peu de motivation
  • et à l’inverse, lorsque le manager est trop directif avec des collaborateurs qui ont besoin d’initiative, d’autonomie, de prendre des risques.

Pour éviter les pièges et les subtilités de son rôle, le manager de proximité a quelques outils simples à disposition.

– Les techniques de motivation : l’écoute, les félicitations, les encouragements…il est  capable de « donner de l’appétit à des gens qui n’ont pas faim ».

–  Faire avec les échecs : il accepte l’échec et dit « dont acte ! Qu’allons-nous faire ensemble maintenant pour corriger et faire en sorte que cela ne se reproduise plus ? ».

Le manager de proximité

Le manager de proximité est un grand sportif : c’est un gymnaste qui doit faire le grand écart entre :

  • agir vite et prendre le temps de la réflexion
  •  prendre des décisions et associer ses collaborateurs
  •  gérer le quotidien et anticiper sur le moyen terme
  •  assurer la stabilité et initier les changements
  •  manager chaque individu et manager une équipe
  •  obtenir des résultats et entretenir un bon climat
  •  être respecté par ses collaborateurs et être apprécié

C’est un patineur artistique qui a des figures imposées : les objectifs fixés par l’entreprise liés à la politique, à la stratégie… Et des figures libres : les objectifs et indicateurs individualisés pour faire progresser les compétences qualitatives de ses collaborateurs.

Comme un entraîneur, il organise et dynamise.

Comme un chef d’orchestre, il donne le ton et dirige.

Comme un vendeur, il doit montrer aux collaborateurs l’intérêt qu’ils ont à atteindre les objectifs, à participer aux réunions et aux entretiens, à s’impliquer dans les changements.

Toutefois, tout n’est pas toujours tout rose et le manager de proximité peut rencontrer soit des profils peu réceptifs, soit des situations compliquées à gérer. Son arme la plus efficace pour les affronter sera la communication.

               En effet, plus le manager communique, plus et mieux il gère les situations délicates. La communication est un art difficile, mais elle a toujours été une solution, jamais un problème. Car il est plus efficace de communiquer de manière imparfaite que de ne pas communiquer du tout. Le risque est de laisser « pourrir » une situation.

Sans cesse entre deux réalités, celle des objectifs et celle de l’humain, le manager de proximité tentera toujours de les concilier au mieux. Confronté à des obstacles ou non, son outil le plus efficace sera la communication.

Aimé Lacomme

André Lacomme - ORSYS

Aimé Lacomme : il a créé son entreprise de management et de développement personnel, de conseil en entreprise et de coaching. Cadre chez France Télécom pendant 41 ans, il a managé des équipes pendant 15 ans et fait de la formation de managers et de la formation au développement personnel pendant 26 ans. Ce sont des centaines et des centaines de managers formés et coachés.

Pour vous former

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *