Archives mensuelles : janvier 2016

Risques et réglementations bancaires, où en est-on ?

Lock and network cable with computer keyboard background

Interview d’Alexander Subbotin* de Renaissance Finance

Alexander Subbotin, vous êtes responsable d’une équipe Risque au sein d’une grande banque.

Quels sont les sujets les plus « chauds » du moment ?
A : Parmi les sujets liés aux risques et la réglementation, je mentionnerai d’abord la réforme de la mesure de risque de marché sur le portefeuille de négociation, connue comme FRTB (Fundamental Revue of Trading Book). C’est une revue profonde qui change les frontières entre trading book et banking book de la banque, modifie les mesures, les modèles et la façon dont ils sont validés. Ensuite le risque de contrepartie et la CVA, dont j’ai déjà parlé. La nouvelle Directive sur les marchés d’instruments financiers (MIFiD 2), impose plusieurs contraintes aux acteurs professionnels qui doivent opérer sur les marchés financiers et les informations qui doivent être divulguées pour assurer la transparence des marchés. Puis les sujets autour du risque de liquidité et la gestion actif-passif (ALM). Sans oublier que les thèmes Bâle III restent toujours d’actualité – les chantiers Bâle III dans les banques ne sont pas terminés. lire la suite

Share Button

Le conflit, outil d’innovation !

GestionConflits1

Générateur de coûts dans l’entreprise, le conflit nécessite un accompagnement pour, pourquoi pas, le transformer en une source d’innovations. Georges Goldman*, président associé à l’Institut du Comportement (ICD), répond à nos questions.

GestionConflits3Comment définissez-vous le conflit ?

Georges Goldman : Il s’agit d’« une incompatibilité apparente entre des personnes interdépendantes ». Il faut néanmoins distinguer les cinq niveaux potentiels de conflits : la différence de points de vue ; le malentendu ; le désaccord ; la discorde ; enfin la polarisation, stade ultime où il est trop tard, on ne peut plus travailler ensemble, ni se voir, etc.

Comme on n’aime pas les conflits, on les étouffe et on attend la polarisation.

À ce stade, seul un médiateur peut intervenir.

Plus tôt on intervient, mieux on en sortira « par le haut » en trouvant une solution créative au blocage. lire la suite

Share Button