L’impression 3D : le futur est déjà là

2155

Par la Rédaction ORSYS

Avez-vous remarqué combien l’impression 3D nous fascinait ? Avec elle, il semble que tout soit possible. Rappelons néanmoins ses particularités : les imprimantes tridimensionnelles nous permettent de créer des objets, sans contraintes de fabrication industrielle. On se dispense de tous les processus habituellement nécessaires : création de moules, quantités minimum, main-d’œuvre spécifique…

Mais comment ça marche ?

Si les procédés d’impression en 3D peuvent différer, les principes restent les mêmes. Le point de départ ? Un design sur ordinateur en trois dimensions de l’objet à reproduire. À noter : si l’on ne sait pas designer son objet, plusieurs bases de données participatives existent à ce jour pour y parvenir.

Le fichier ainsi obtenu permet d’obtenir les coordonnées de l’objet, imprimé « couche par couche » de matières selon divers procédés – dépôt de matière, solidification par la lumière, agglomération par collage. Certaines imprimantes utilisent une poudre de plastique solidifié, mais il est aussi possible d’employer de la céramique, des métaux (cuivre, bronze…), de la résine, du bois, du nylon ou même des matières organiques. La majorité des imprimantes 3D « personnelles » fonctionnent selon le procédé de « modelage par dépôt de filament en fusion » (FDM).

Pour quels champs d’application ?

La une des journaux se fait régulièrement l’écho des possibilités étendues de cette technologie. Et si longtemps on s’est cantonné à imaginer ce que les grandes entreprises pouvaient en faire, avec l’ouverture des brevets, des champs d’application ont ouvert sur des possibilités qui semblent infinies

Impression de pièces d’avion dans l’univers militaire, construction de bâtiments en ciment… les plus belles révolutions concernant sans doute la médecine, avec la possibilité de reproduire des organes humains. L’impression 3D pourrait pallier le manque de donneurs, sous réserve que les organes ainsi conçus ne soient pas rejetés. Les premières orthèses ont été créées de cette façon ; parmi elles une oreille capable d’entendre des fréquences bien plus élevées que celles captées par l’oreille humaine. Reproduction de vertèbres, d’os, de nerfs, de tissus humains, fabrication de stents… la chirurgie reconstructrice se voit bouleversée par cet avènement.

L’industrie de l’impression 3D croît inexorablement… à la mesure de la créativité qu’elle génère.

En 2015, A.T. Kearney dévoilait une étude* indiquant que le marché de l’impression 3D devrait augmenter de près de 25 % annuellement d’ici à 2020 pour atteindre la somme de 17,2 milliards de dollars. Le rapport Wohlers montre déjà une progression du marché de près de 26 % du marché…

Gadget ou véritable progrès ?

Closeup of 3D printer printingAvec l’ouverture des brevets, cette technologie est devenue accessible au grand public grâce à certaines entreprises qui proposent leurs services. Poignée de porte, coque de Smartphone, figurine… les applications semblaient encore limitées il y a peu. Pourtant, ses bénéfices – réduction des coûts, diminution des temps de fabrication – intéressent au premier plan les consommateurs. L’impression tridimensionnelle s’apprête en effet à résoudre nombre de nos problèmes quotidiens : imprimer nos chaussettes à la demande, nos pulls, fabriquer nos médicaments sur mesure selon notre pathologie… Dans le cadre de l’alimentaire, l’intérêt de l’impression 3D – aujourd’hui possible pour la nourriture – réside dans le fait de pouvoir confectionner un repas sur mesure, contenant tous les nutriments essentiels, à moindre coût… et partout dans le monde.

L’impression 3D présente aussi de sérieux atouts pour pallier l’obsolescence programmée, grâce à l’impression des pièces détachées en panne. L’entreprise d’électroménager et de multimédia, Boulanger, propose à ses clients d’imprimer gratuitement ses pièces de rechange. Même si le nombre de fichiers reste limité, cette initiative montre combien la technologie contribue au développement de nouvelles stratégies commerciales.

Avec un prix désormais accessible (autour de 100 dollars) et des technologies qui ne cessent de progresser (une firme chinoise vient de créer une imprimante sous la forme d’un cube de 80 cm permettant de reproduire un objet via une application de son Smartphone), on imagine sans peine quel pourra être notre futur !

*3D Printing : A Manufacturing Revolution, 2015

 

Formations associées :

■ IPD   Impression 3D : synthèse et perspectives

■ TDU   AutoCAD 2014/2013 3D, perfectionnement

■ TDP   AutoCAD 2014/2013 3D, prise en main

■ ATE   AutoCAD 2017/2016/2015 3D, perfectionnement

■ UTP   AutoCAD 2017/2016/2015 3D, prise en main

■ TDM   AutoCAD Map 3D, CAO et intégration de données cartographiques/SIG

■ TID   CATIA v6, conception et assemblage de pièces 3D

■ VRA   SketchUp Pro, maîtriser le moteur de rendu 3D V-Ray

■ LIW   SolidWorks 2016, conception de produits industriels en 2D et 3D

■ GEL   SketchUp Pro, perfectionnement

■ GLE   SketchUp Pro, prise en main

Share Button

Cette entrée a été publiée dans Amélioration Continue, Changement, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*