Le bon stress : mythe ou réalité ?

La rédaction ORSYS a présenté précédemment les effets négatifs du stress (Gérer un collaborateur stressé, identifier et gérer le stress professionnel) et quelques moyens simples pour y remédier (les techniques de yoga). Mais le stress étant un état réactionnel, il peut également générer du positif, à l’instar de ces collaborateurs qui semblent toujours maîtriser leurs émotions. C’est ce que Gilles Lecourt*, formateur en médiation et développement personnel, nous aide à comprendre.

Le bon stress : mythe ou réalité ?

– Pourquoi peut-on parler de réalité ?

  • Parce que le stress est une réaction qui permet (avec plus ou moins de facilité) de s’adapter à une nouvelle situation, un nouvel environnement.
  • Il peut être générateur de performance et de motivation en étant une stimulation forte qui motive le dépassement de soi.
  • Il permet de développer l’intelligence émotionnelle.

– Pourquoi peut-on parler de mythe ?

  • Il s’agit d’une concentration d’efforts physiques et mentaux qui permettent de s’adapter. A moyen ou à long terme, il a forcément un impact négatif sur la santé, d’un point de vue psychologique comme d’un point de vue physique.

Mais comme Gilles Lecourt nous l’explique, savoir réagir au stress peut être moteur d’innovation en matière de management et, plus globalement, en matière de rapports humains :

« Les dernières découvertes des neurosciences nous montrent que notre cerveau possède deux modes de gestion du stress. Les réponses aux agressions de nos cerveaux archaïques (reptilien et limbique) vont générer du mauvais stress alors que nos cerveaux plus récents (néo-cortex et préfrontal) vont s’adapter en permanence aux agressions en trouvant des réponses plus adaptées. Les nouvelles ressources ainsi créées par le bon stress sont génératrices d’innovations. C’est lui qui pourrait être la source de nouveaux comportements moins basés sur le pouvoir « dominant/dominé » mais sur des comportements propices à la création de richesses humaines de plus en plus utiles et performantes. »

Si les techniques de développement personnel permettent de fabriquer les outils du bon stress, pourquoi ne pas déployer ces outils au niveau de l’entreprise en faisant évoluer la nature « dominant/dominé » de l’Homme générant du stress négatif en culture d’ « altérité », de responsabilité et d’efficacité propice au bon stress, c’est-à-dire privilégier le management enrichi des outils de l’intelligence collective, de la médiation, du co-développement, etc.

Les facteurs et les effets du « bon » stress

Ce type de stress ne se distingue pas du stress négatif par ses facteurs mais par les effets qu’il a sur les gens.

Autrement dit, les facteurs générateurs sont multiples et potentiellement les mêmes que ceux du stress négatif. Les conséquences de cette agression sont personnelles et dépendent de la seule réponse à cette question : « ai-je les ressources suffisantes pour y faire face ? ».

Si dans le cadre du travail, le mauvais stress est généré par un manque de reconnaissance, par du mépris etc., le bon stress est, quant à lui, plutôt le fruit de la reconnaissance, d’un bon relationnel… On détermine que le stress est bon si les effets observés sont de l’ordre du plaisir de travailler ensemble, plus d’efficacité, moins de conflits, intelligence collective. Par conséquent, le bon stress est celui qui tire vers le haut en permettant de se surpasser.

Le stress peut donc être qualifié de « bon » dès lors que ce qu’il amène (plus ou moins directement) est de se sentir compétent, reconnu, d’être stimulé par la dite « agression ».

« Bon » stress et « mauvais » stress

Une fois établi que la qualité du stress dépend de la nature des émotions, il faut comprendre que de ce fait, le bon stress ne peut se gérer comme le mauvais. La gestion du stress devient propre à chacun et ce sont les émotions qui prennent spontanément le dessus qui en font du bon ou du mauvais stress. S’il existe une prédisposition physiologique à la réponse en bon stress (cerveaux néo-cortex et préfrontal versus cerveaux reptilien et limbique), il est parfaitement possible d’apprendre à fournir les réponses les plus adaptées.

Sa gestion positive nécessite une certaine prise de recul, une pleine conscience qui permet le détachement nécessaire à une réaction positive.

Bon stress Mauvais stress
Pratiquer l’empathie Attitude défensive
Écoute active Manque de communication
Reconnaître ses erreurs Refus du changement
Recherche la solidarité Repli sur soi

 

Il est possible d’envisager de renverser la tendance et de faire d’un mauvais stress un positif. Certaines clés permettent d’aider cette démarche :

– accroître son estime de soi

– s’entraîner à la responsabilité

apprendre à s’exprimer

– apprendre la pleine conscience

pratiquer l’assertivité

Le bon stress n’a pas de limite. Dans la mesure où il s’agit de répondre positivement avec ce que l’environnement présent propose, le bon stress devient le facteur de l’accomplissement de soi, mais aussi celui de la capacité d’autonomie. Il permet de puiser dans les bonnes ressources pour avancer dans la production ou dans la réflexion. Avec le bon stress, vous améliorez votre charisme et votre capacité de négociation. Vous devenez acteur de la bonne marche de l’entreprise grâce à une curiosité accrue, plus d’assurance et en vous positionnant davantage comme force de proposition dans les projets et la vie de l’entreprise. Toutefois, il convient de veiller à ne pas faire de ces arguments une justification à une pression professionnelle importante subie ou auto-générée, le stress étant, à plus ou moins long terme, facteur de fatigue.

 

Formations associées :

Gérer son stress, niveau 1

Gérer son stress, niveau 2

Techniques corporelles et énergétiques pour prévenir et gérer le stress

Mieux utiliser vos ressources internes

 

*Gilles Lecourt

Ancien cadre d’entreprise dans la gestion et l’informatique, il s’est tourné vers les relations humaines et exerce depuis plus 25 ans en tant que coach formateur expert en développement personnel et ressources humaines.

 

 

 

Share Button

Cette entrée a été publiée dans Communication, Développement personnel, Fondamentaux, Management, Santé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*