Archives par mot-clef : confiance

Le leadership agile pour « associer humain et performance » 2/2

Béatrice Dewandre* en est convaincue : il faut apprendre à changer sa vision du monde, sa façon de travailler… apprendre le leadership agile.

Quel est l’intérêt pour l’entreprise d’inviter ses managers à devenir « agiles » ?

Béatrice Dewandre : McKinsey réalise chaque année une étude sur la santé des organisations. Si les années passées, les questions majeures concernaient les critères de stabilité, de force, aujourd’hui, ces questions traitent plutôt de la rapidité, de l’agilité. Les résultats prouvent que les organisations agiles sont celles qui réussissent le mieux, obtiennent les meilleurs résultats. Ce sont celles qui parviennent à concilier rapidité avec discipline organisationnelle, à combiner agilité et stabilité. lire la suite

Share Button

Le leadership agile : une nécessité 1/2

Turbulences dans le monde de l’entreprise, changements permanents, environnements contraints : il existe aujourd’hui de nombreuses raisons de questionner notre mode de management traditionnel et sa pertinence dans des contextes de transformation. Quelle voie prendre alors ? Pour Béatrice Dewandre*, fondatrice de DeepSense et consultante formatrice pour ORSYS, le leadership agile est à explorer sans tarder. Explications.

« Leadership agile » : est-ce une nouvelle expression tendance ? Expliquez-nous pourquoi nous entendons désormais ce terme en entreprise…

Béatrice Dewandre : « Résilience », « bonheur au travail », et maintenant « agilité » : ce n’est pas un hasard si ces mots sont désormais très utilisés dans le monde de l’entreprise. Ils font tous partie de la même famille et sont révélateurs d’un nouveau paradigme managérial.

L’agilité devient une nécessité dans un monde « VICA », c’est-à-dire Volatil, Incertain, Complexe, Ambigu. Cet acronyme inventé par l’armée américaine dans les années quatre-vingt-dix décrit bien les effets de la transformation que nous vivons actuellement. Si la nécessité d’une transformation digitale est assez largement reconnue, dans les entreprises impactées par les grandes mutations technologiques, économiques et sociétales, la conscience de la nécessité d’une transformation managériale l’est beaucoup moins ! Développer un leadership agile devient pourtant impératif pour réussir dans ces contextes de transformation. lire la suite

Share Button

Gérer un collaborateur stressé

Cartoon illustration of bad coworker situation at work. Woman wo

Dans le cadre de l’entreprise, le stress professionnel n’est pas une conséquence propre à la charge de travail ni d’un management par la performance. Il fait irruption dans l’environnement professionnel par le biais d’un collaborateur qui le gère mal ou peu. Marie Delafont, consultante en développement personnel nous donne quelques éléments pour appréhender le stress d’un collaborateur.

Le collaborateur et son stress

 

La première démarche est de comprendre quelle est la perception du collaborateur sur son propre stress. Il peut en avoir conscience ou, plus probablement, ne pas s’en rendre compte. L’émergence du stress peut être lente et plus ou moins flagrante. lire la suite

Share Button

Et si on optait pour la gentillesse ?

gentillesse5

Nathalie Olivier est consultante RH, formatrice et intervenante pour ORSYS. Cette experte reconnue en recrutement équitable et spécialisée sur les questions de bien-être au travail dispose d’une arme fatale pour accompagner les entreprises vers plus de performance : la bienveillance. Découverte…

Tout d’abord, expliquez-nous pourquoi vous vous définissez telle une « sculptrice » de compétences…

 C’est un clin d’œil à ma passion : je sculpte la pierre et la terre. Tout le monde a des compétences. Travailler les talents de chacun, c’est travailler en 3D, avec une vision systémique, en mettant en relief la part de lumière de chacun des collaborateurs. lire la suite

Share Button

Manager : votre assistant(e) est votre atout !

assistante3

Odile Bouvinet a pratiqué le métier d’assistante, d’office manager… pour aujourd’hui diriger sa propre entreprise* dans laquelle elle partage avec plaisir son expérience. Formatrice pour Orsys, elle apporte avec beaucoup d’enthousiasme son regard sur le métier d’assistant(e).

Secrétaire, assistant(e)… plusieurs termes, mais mêmes fonctions ?

Dans les années quatre-vingt, on faisait la distinction entre ces deux métiers à partir du niveau de diplôme : celui de secrétaire correspondait au niveau bac, tandis qu’on attribuait le poste d’assistant(e) de direction aux personnes ayant un niveau bac +2. Aujourd’hui, la notion est plus complexe : c’est le périmètre de responsabilité, de décision des personnes qui va déterminer le poste. On va chercher à connaître le niveau d’autonomie de la personne ou celui que souhaite lui donner son responsable : veut-il quelqu’un qui exécute les tâches sans prendre d’initiatives ou, à l’inverse, un collaborateur force de proposition, réactif ? Il s’agira plus, dans ce dernier cas, d’un poste d’assistant et c’est aujourd’hui clairement la demande des entreprises. lire la suite

Share Button